Pourquoi je me fais harceler dans la rue ?


Est-ce que c’est le printemps qui a réveillé les gros lourds en ruts ?

Toujours est-il que ces dernières semaines, j’ai droit à des réflexions à chaque fois que je met le nez dehors seule.

Et je finis par me demander ce que j’ai fait pour mériter ça.

Je ne me maquille pas.

Je ne porte pas de jupe. Celles qui me connaissent dans la vraie vie savent d’ailleurs que je suis toujours habillée comme un gros sac à patate.

Je ne regarde pas les hommes, je suis myope, je regarde le trottoir.

Je suis pas spécialement bien foutue (je suis plutôt un gros sac à patate. Ce qui me convient bien, dans la mesure où en général ça éloignait les pervers. Mais ça marche plus. zut.)

Je suis même plus blonde. D’ailleurs je sais pas si vous êtes au courant, mais même les filles qui portent le voile se font emmerder, en fait.

Alors quoi ? Juste je suis une femme. Je devrais avoir le droit de me balader en mini-jupe avec une tonne de maquillage, décolorée en blond platine, tout ça, sans me prendre de remarques ou me faire siffler dans la rue.

Juste je suis née avec les mauvais gènes.

Alors oui je suis déprimée quand je me fais siffler. Parce que je n’ai rien fais pour me faire humilier de la sorte.

Oui j’ai du mal à comprendre la différence de traitement lorsqu’un pervers s’attaque à des jeunes garçons dans le métro parisien et que la police enquête rapidement, le trouve sur vidéosurveillance et l’arrête. Tous les jours il y a des gamines mineures qui sont la proie de pervers dans les mêmes circonstances, mais parce que nous sommes des femmes, on nous envoie bouler. « Ho ça va, c’est qu’une main au cul, après tout ».

Parce que nous sommes des femmes, nos culs devraient être à tout le monde alors ?

Une petite version inversée…

Et vous, avez-vous droit à l’invasion du pervers d’été ?

Publicités

16 commentaires

  1. Ah ça… depuis que j’ai 14 ans je me fais emmerder dans la rue. J’ai toujours été garçon manqué, j’ai mis ma première jupe à 22 ans et je suis loiiiiiin d’être un canon à l’école on se foutait de moi tellement je ressemblais à rien. Ça a jamais rien empêché. Entre les propositions de fric contre vous voyez quoi, les sifflets, les insultes quand tu réponds ou quand tu répond pas, ceux qui te collent dans la foule, ceux qui comprennent pas que tu veux boire ton thé seule ou que tu attends vraiment le bus, ceux qui veulent t’écraser parce que t’as pas voulu monter dans leur bagnole…
    Bref tout ça pour dire que oui, c’est juste parce que fille=bien de consommation sur place ou à emporter…
    Depuis que je vis avec mon chéri j’ai plus du tout de problèmes et ça me manque pas du tout.

    J'aime

    • Ouch, je compatis 😦 Pareil, c’est depuis l’adolescence, c’est infernal. Il y a des moments où ça s’arrête, je sais pas pourquoi, là ça reprend, je sais pas pourquoi non plus. Je devrais même pas me demander pourquoi en fait. Merci de ton témoignage en tout cas, je sais que c’est pas toujours facile d’en parler, mais ça aide, on se sent moins seule à vivre ça.

      J'aime

  2. Comme je vis à la campagne je suis épargnée par ce phénomène mais il semble en expansion ces derniers temps.
    Je ne sais quoi te dire, de mon temps urbain il était facile de les écrabouiller…ce n’est plus le cas?!

    J'aime

    • Oui, on en a beaucoup malheureusement 😦 tu les écrabouillais comment ? Parce que en 20 ans de harcèlement parisien, non ça n’a jamais été facile de s’en défaire…

      J'aime

    • Oui clairement c’est pénible, et on ne sait pas trop comment réagir vu que les flics ne font rien (pour les femmes, par contre pour les mecs ça réagit direct…)

      J'aime

        • C’est très étrange, autant j’ai eu des potes flics et dans le privé s’ils apprennent qu’on t’as touché, ils sont prêts à aller casser la gueuler du mec. Mais au commissariat on te décourage de porter plainte. Sur d’autres types d’agression, les commissariats ont été adorables et fait de leur mieux pour m’aider, mais on dirait qu’il y a un blocage, le harcèlement sexuel sur les femmes c’est trop ancré dans les moeurs, si on ose se plaindre on fait de la comédie quoi…

          J'aime

    • Heu sérieusement ça te plaisait et ça te manque de plus te faire insulter, mettre la main au cul, suivre dans des ruelles sombre le soir, cracher dessus ? On doit vraiment pas avoir la même éducation… le harcèlement sexuel est puni par la loi en France, ce n’est pas un « droit », c’est interdit.

      J'aime

  3. J’ai sacrément de la chance, par chez moi ce sont des ours des cavernes, habillés comme des bûcherons, on a la paix.
    Sauf le mois dernier, ou un type m’a klaxonnée sur le chemin, et a fait ensuite demi-tour pour me suivre, heureusement je connaissais les petits chemins piétons pour couper les lacets de la route et je l’ai semé.
    Mais comme j’aimerais leur en coller une dans ce genre de cas!

    J'aime

  4. Je me suis faites sifflée et injurié en plein hiver avec gros pull , d’où d’une et tout le toutim. En été c’est le pompon. Et le must c’est que je sais pertinemment que la plupart des hommes ne pensent pas avec leur bite.

    J'aime

Qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.