De la dyscalculie


Je suis dyslexique avec les chiffres. Comme beaucoup de gens, en fait. Près de 4% en France. Mais peu sont diagnostiqués, le système éducatifs ayant tendance à favoriser les forts en maths et à considérer les autres comme des paresseux.

Je n’ai découvert ma dyscalculie qu’il y a quelques années. J’ai donc souffert tout mon parcours scolaire, recevant sans cesse des mentions « erreurs d’étourderie » (bordel je suis pas étourdie, les chiffres arrêtent pas de changer à chaque fois que je relis le calcul), épuisant les profs particuliers de maths qui ne comprenaient pas que je bloque des heures sur de « simples » produits en croix. Je ne comprend toujours pas comment j’ai atterri en première année de comptabilité après le bac, mais autant dire que ce fut un fiasco.

Mais la dyscalculie, ce n’est pas que avoir du mal à apprendre les tables de multiplications et ne pas arriver à faire une soustraction.

dyscalculia

  • Difficultés à lire une carte
  • Difficultés à lire l’heure (j’en suis incapable sur une horloge classique et sur analogique c’est aléatoire)
  • Confusions entre la droite et la gauche
  • Impossibilité à se remémorer correctement des données chiffrées.
  • Devoir constamment ré-apprendre et résumer les choses
  • Soucis pour s’organiser
  • Difficultés avec les séquences et les suites
  • Peut facilement sauter un nombre en comptant
  • Difficultés à compter de deux en deux, trois en trois…
  • Manque de confiance pour répondre
  • Problème pour combiner les informations (2+3 = 3+2)
  • Difficultés avec la chronologie
  • Difficultés avec tranches de chiffres (dizaines, centaines…)
  • Problèmes pour rendre la monnaie, compter les pièces
  • Difficultés pour comprendre les problèmes de vitesse, temps… (jamais compris les trucs d’écoulement d’eau par exemple).

Dans les faits, je peux voir le chiffre 13 et faire mon calcul avec 75 en tête.

Bref, tout ça non pour me plaindre, car en réalité on s’en sort toujours, mais pour demander aux parents dont les enfants ont des difficultés en maths d’en parler à un orthophoniste. Quand le diagnostique est posé enfant, on peut recevoir des aides scolaires, une rééducation ortophonique. Parfois il faut accepter d’ouvrir les yeux et de voir le handicap de son enfant, et faire avec.

J’aurai tant aimé que les profs de maths ouvrent les yeux et se rendent compte que si je pleurais sur mes sujets de maths, ce n’était pas du flan, mais bien de la détresse. Et aucun enfant ne devrait être stigmatisé pour son handicap.

Publicités

20 commentaires

  1. J’ai tjs eu des problèmes avec les chiffres. Je ne suis pas dyscalculique mais j’en suis pas loin, j’ai du faire des heures de logopedie pour ça. C’est et ça reste ma bête noire. J’ai du mal à retenir les chiffres du coup en calcul mental je suis très lente et très nulle. Par contre une fois que j’ai un supporte écrit ça va déjà mieux. Par contre mes profs pensaient que je le fesais exprès, mais bien sur ! Par contre ça a eu une répercutions sur tout ce qui touche aux maths: la physique et la chimie. Et encore en chimie je m’en sortait mais la physique… pouah!

    J'aime

    • Comme toi, le calcul mental c’est quasi impossible pour moi. Mes profs pensaient que j’étais dans la lune… et malheureusement je rêvais de faire de la chimie, autant dire que je n’ai pas été acceptée en filière scientifique ! quelque part, j’ai compensé à l’âge adulte en faisait de la cosméto maison ! J’ai souvent raté des recettes à cause de la dyscalculie, mais ça m’a aidé aussi, pour les ph par exemple; Bref merci pour ton message, je me sens bien moins seule !

      J'aime

  2. A 24 ans, Je suis moi aussi dyscalculique, mais surtout dyslexique et c’est vraiment quelque chose qui me gène dans mon quotidien , quel horreur ces cours de math qui pour moi ressembler a du Chinois, et les cours de Français, avec toutes ces règles a retenir dont je ne comprenais rien;) même après de nombreuses années d’orthophonie, j’ai toujours autant de mal, mais malheureusement ça sera à vie, on n’est donc obliger de vivre avec, bonne soirée ma belle .)

    J'aime

    • Merci pour ton témoignage ! J’ai encore des frissons en repensant aux cours de maths où je pleurais parce que je faisais et refaisais les calculs et j’avais toujours des résultats différents sans comprendre pourquoi ! Perso l’orthophonie n’a jamais aidé, pour quoique ce soit, donc j’ai arrêté, ça me stressai plus qu’autre chose. Maintenant je dis simplement aux gens que je suis dyslexique avec les chiffres, ça facilite la vie !

      J'aime

      • Oui pour moi aussi les cours de math était une horreur puis il faut dire que même en 2015, les enseignants ou autres professionnel ne savent toujours pas ce qu’est la dyslexie, je me rappelle, il a fallut mon entrée en seconde sixième pour que je soit enfin diagnostiqué discalculique, mais le plus dur c’est la dyslexie, heureusement qu’il existe des logiciels qui permettent de corriger grossièrement mes fautes, c’est vraiment handicapant, et aussi fatigant car je doit me concentré au maximum sur ce que j’écris pour ne pas faire de fautes, pour en revenir aux math, je me souvient que le formateur m’avait pas mis la honte, mais presque, en disant qu’il allait recommencer sont explication pour que les nuls puissent comprendre, je ne tolère pas ce comportement même si il l’avait dit au second degrés bien sur, pour moi ce n’est vraiment pas un comportement qui va faire que l’élève va progresser, néanmoins j’ai toujours eu un peu plus de facilité pour les autres matière comme l’anglais j’adorais cette matière:) gros bisoux

        J'aime

        • Oui, ça demande beaucoup de concentration, et les gens ne s’en rendent pas compte ! Moi aussi, je ne compte pas les fois où les profs m’ont fait pleurer au tableau… Et pourtant je me rends compte que je fais moins d’erreurs dans un environnement motivant et maîtrisé, par exemple en cuisine ou cosmétique maison, il m’arrive de rater la recette car je n’ai pas utilisé les bons chiffres, mais l’erreur devient tout de suite « quantifiable » (mon gâteau est trop sec, j’ai dû mettre trop de farine), donc c’est plus facile pour moi de me repérer et de refaire. Bizarrement, je n’ai quasi aucun problème avec la lecture des chiffres romains, peut-être parce que je leur trouve une logique (un bâton I pour une unité, deux bâtons II pour deux unités…). heureusement maintenant avec les calculatrices dans le moindre téléphone, je m’en sors au quotidien, et en ayant travaillé dans la vente ça m’a aidé pour rendre la monnaie aussi, mais clairement c’est un exercice épuisant !

          J'aime

        • Pour ma part, concernant les chiffres Romain, je n’ai pas eu de mal, mais concernant les chiffres ou il y a plusieurs dizaines là ça se complique, pour ma part dans ma scolarité je n’ai pas eu ce problème ou je pleurais au tableau, mais il faut dire que je n’y aller que très peu, voir jamais. Par contre tu as eu beaucoup de courage de travaillé dans la vente, j’en serais incapable, 😉

          J'aime

        • Tu as eu de la chance pour le tableau, moi c’était presque à chaque cours de maths durant toute ma scolarité, je n’en garde pas de très bons souvenirs… J’ai adoré faire de la vente, j’aime beaucoup le contact humain et heureusement la partie « maths » n’est pas majoritaire, je demandais toujours à un collègue ou à un supérieur de vérifier les montants à l’encaissement et ça allait en gros… et les gens sont plutôt compréhensifs quand tu fais une erreur et que tu expliques que tu es fatiguée !

          J'aime

        • Oui c’est sur, mais j’aurais eu peur d’être mal juger par les supérieur, car comme on disait cela n’est pas reconnue, du moins, les gens ont du mal a ce mettre a notre place, même pour trouver un travail c’est vraiment pas facile, car on nous demande un rendement, et autre que je ne suis pas capable de tenir, du coups je suis en train de monter un dossier a la MDPH, comme ça mon  » handicap » sera reconnut dans le milieu professionnel ;). Et moi aussi j’aime beaucoup le contact humain, 🙂

          J'aime

        • Oui clairement je n’ai pas parlé de dyslexie, j’ai simplement demandé qu’on vérifie mes comptes, il faut arriver à tourner les choses de façon à ce que le patron voit son intérêt et ne jamais se mettre en position de malade. Courage pour la mdph, c’est l’enfer… J’ai fait plusieurs dossiers, étant atteinte d’une maladie neurologique grave, j’ai eu le statut de travailleur handicapé quelques années mais ça ne m’a jamais aidé àtrouver fu boulot, par contre des agences d’intérim arnaquent les handicapés en les fait bosser gratos sous couvert d’évaluation en milieu de travail… Et mon dernier dossier a été refusé avec des commentaires abominables, donc là je n’ai plus rien…

          J'aime

        • Merci, est oui c’est très compliquer car ils faut passer devant des experts, sans indiscrétion de quelle maladies neurologique est tu atteinte ? car moi aussi j’ai une petite malformation du cerveau mais heureusement ça n’as pas trop d’incidence pour ma vie quotidienne 🙂

          J'aime

        • Oui, c’est un vrai cauchemar la MDPH, j’avoue que je leur en veux énormément. mais bon, faut avancer et apprendre à se débrouiller. Quand on voit que certains obtiennent des aides pour des trucs bien moins handicapants, on se pose quand même des questions. Je n’ai pas trop envie de m’étendre en public sur ma maladie, mais tu peux m’envoyer un mail si tu veux.

          J'aime

  3. J’espère que tu vas être entendue. J’ai une cousine dyslexique, et c’était très mal compris de la part des profs (elle a 24 ans aujourd’hui, donc c’est pas si lointain) alors que c’est quelque chose de plutôt relativement reconnu. Alors un truc du m^me ordre mais encore plus méconnu, j’ai du mal à imaginer le calvaire que ça doit être pour le faire reconnaître.

    J'aime

    • Merci pour ton message. Oui déjà la dyslexie c’est compliqué, alors une forme encore plus spécifique, personne ne semble vraiment formé pour. Alors qu’en fait, quand on parle avec les gens, c’est pas si rare… et quand on explique aux gens, ça se passe plutôt bien.

      J'aime

Qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s